Classes de maîtres

Robert Uchida: photo credit Erik Visser

Robert Uchida

(ESO), violon

Le violoniste canadien Robert Uchida a été salué pour son « son ravissant, son éloquence et son intensité hypnotique » (magazine Strings).

Robert a rejoint l’Orchestre symphonique d’Edmonton en tant que violon solo en 2013, après avoir occupé le même poste au sein de l’Orchestre symphonique de la Nouvelle-Écosse. Il a aussi été invité à se produire en tant que violon solo associé de l’Orchestre philharmonique de Rotterdam au cours de la saison 2005-2006. En tant que chef invité, il a notamment participé à des projets avec le Netherlands Radio Chamber Philharmonic, le Royal Flemish Philharmonic et l’Orchestre symphonique de Vancouver.

Les enregistrements sur CD de Robert comprennent le Requiem 21.5 : Concerto pour violon de Tim Brady, avec Centredisques, qui a remporté le prix de l’enregistrement classique de l’année de l’ECMA, et la Sonate pour violon non accompagné d’Andrew Violette, avec Innova Records.

Enseignant passionné, Robert est professeur à l’Université de l’Alberta et a également enseigné à l’Université Acadia, à la Manhattan School of Music et dans le cadre du Programme des jeunes artistes du Centre national des Arts du Canada.

Il joue sur un rare violon Guadagnini de 1770 avec des cordes Vision Solo Titanium du fabricant autrichien Thomastik-Infeld.

Hélène Collerette

(Orchestre philharmonique de Radio France), Corde

Née à Chicoutmi au Canada, Hélène Collerette découvre la musique grâce à une mère musicienne et un père mélomane.

Élève de Pierre Amoyal, Jean-Jacques Kantorow, Vladimir Landsman et Langis Breton, elle obtient plusieurs prix internationaux en France (concours de Bordeaux), en Angleterre (concours de quatuor de Londres), en Italie (concours de Florence), en Suisse (Sion, Tibor Varga) et au Canada.

Hélène Collerette est violon supersoliste de l’Orchestre Philharmonique de Radio France depuis 1996, après avoir été violon solo de l’Orchestre Symphonique de Mulhouse et de l’Opéra National de Lyon.

Sa connaissance du répertoire orchestral auprès de grands chefs dont Dudamel, Salonen, Jarvi, Boulez, Gilbert, Chung, Jordan et Franck, lui a permis d’être invitée à diriger en formation Mozart des orchestres tels l’Orchestre Philharmonique de Radio France ou encore l’Orchestre National d’Auvergne dans des oeuvres de Haydn, Mozart, Suk, Mendelssohn, Tchaikovsky et Piazzola.

En soliste, Hélène Collerette se produit avec de prestigieux orchestres dont l’Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre Symphonique de Munich ou encore l’Orchestre de Chambre de Lausanne sous la direction de Koopman, Jarvi, Jordan, Chung, Janowski, Rophé et Roth, abordant ainsi un large répertoire allant des concertos de Bach, Haydn, Mozart, Beethoven, Mendelssohn, Sibelius, en passant par Bartok, Lutoslawski, Thoresen, ainsi que la création du double concerto de Hersant (Orchestre Philharmonique de radio France, direction Pascal Rophé) qui vient de paraître chez Hortus.

En 1995, elle crée le Quatuor Renoir avec lequel elle effectue plusieurs tournées en Asie, en Europe, en Afrique et au Canada et  quelques enregistrements salués par la critique (Diapason, Classica)

Violoniste appréciée tant par sa sensibilité artistique que par son respect des oeuvres, Hélène Collerette partage sa passion de la musique de chambre avec François-René Duchâble, Roland Pidoux, Abdel Rahman el Bacha, François-Frédéric Guy, Marc-André Hamelin, Jean-Claude Pennetier ou encore Paul Katz, Romain Guyot, Alain Meunier, Adam Laloum, Jean-Yves Thibaudet et Vanessa Wagner.

Ses concerts lui ont ouvert les portes de prestigieuses salles dont  l’Auditorium de Radio France, la Salle Pleyel, la Salle Wilfrid Pelletier de Montréal, le Palais Montcalm de Québec, le Grand théâtre de Jiangsu, l’Opéra de Shangai notament et des festivals de renom comme le Festival « Présences » de Radio France, le Festival de Laon, le Festival de Besançon, les Folles Journées, Les flâneries de Reims, le Festival Croisements, le Festival de Lanaudière, le festival d’Arras, les midis musicaux de Rennes et le festival ArtenetrA.

Son envie de découvrir de nouveaux répertoires l’amène à rejoindre l’ensemble Phileas et le Trio à cordes de Paris en 2015 et plus récemment le célèbre Trio Élégiaque. Avec ces ensembles, elle se produit fréquemment dans diverses villes et festivals. Paris évidemment mais aussi Berlin, Istanbul, etc.

Sensible aux rencontres artistiques dont elle a bénéficié tout au long de sa carrière, Hélène Collerette enrichit son répertoire d’oeuvres contemporaines et de créations avec et auprès de compositeurs tels que Dutilleux, Salonen, Hersant, Thoresen et Fedele, ou vers des projets plus audacieux comme la relecture d’oeuvres d’Arvo Pärt avec la pianiste Vanessa Wagner et l’artiste de musique électronique Murcof, ou dernièrement l’enregistrement d’oeuvres de Bartok, Kurtag et Ravel avec les cymbalistes Cyril Dupuy et Ludovit Kovak.

Hélène Collerette joue un Guarnerius Del Gesù de 1732

Giovanni Andrea Zanon

(soliste), violon

Giovanni Andrea Zanon est un violoniste italien qui s’est produit largement à travers le monde dans des lieux prestigieux, notamment : le Carnegie Hall à New York, le Teatro alla Scala à Milan, la Philharmonie à Paris, le Musikverein à Graz, l’Elbphilharmonie à Hambourg, la Smetana Hall à Prague, le Bayerisches Staatsoper à Munich, le Festspielhaus à Baden-Baden, le Royal Opera House à Muscat, le Gran Teatro del Liceu à Barcelone, le Teatro La Fenice à Venise, l’Auditorium Parco della Musica à Rome et l’Arena di Verona.

En février 2022, il a représenté l’Italie lors de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de 2022 à Pékin. L’événement a été diffusé dans le monde entier et a atteint plus d’un milliard de téléspectateurs.

En tant que soliste, Zanon a travaillé avec des chefs d’orchestre renommés tels que Fabio Luisi, Pinchas Zukerman, Theodore Guschlbauer, Donato Renzetti, Marco Armiliato, Andrea Battistoni, Omer Meir Wellber et Jader Bignamini.

Passionné de musique de chambre, il a également collaboré avec des artistes tels que Pinchas Zukerman, Anna Netrebko, Mario Brunello et Pablo Ferrandez.

Jim Thompson

(Soliste), Trompette

James Thompson prend actuellement sa retraite de son poste de professeur de trompette à l’Eastman School of Music. Il a occupé ce poste pendant 25 ans. Avant cela, il a été trompette principale dans l’Atlanta Symphony Orchestra depuis septembre 1990. Il a également occupé des postes similaires avec le Phoenix Symphony, l’Orchestre de l’État de Mexico, l’Orchestre national du Mexique et, pendant 14 ans, l’Orchestre symphonique de Montréal. Né à Francfort, en Allemagne, il a été élevé à Phoenix, en Arizona, où il a commencé l’étude de la trompette à l’âge de dix ans. Ses principaux professeurs étaient Richard Longfield et Roger Voisin.

M. Thompson a été actif à la fois en tant que soliste et enseignant. Il a enseigné la trompette et l’ensemble de cuivres à l’Université Northern Arizona, au Conservatoire national de musique de Mexico et à l’Université McGill à Montréal, au Canada. Il s’est également produit en soliste avec des orchestres en Amérique du Nord et du Sud, ainsi qu’en Europe. En 1979, il a participé au premier Concours international de trompette Maurice André et a remporté un prix. Il a effectué des tournées de récitals en Australie, en Asie, en Europe, en Amérique du Nord et du Sud. Il a également été artiste invité avec le Summit Brass, un ensemble de cuivres composé de membres des meilleurs orchestres américains, et avec le Music of the Baroque de Chicago.

Aux cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques d’Atlanta en 1996, il a été vu à la télévision en tant que soliste de trompette jazz/gospel par plus de 3 milliards de personnes. Ces dernières années, il s’est produit en tant que trompette principale invitée avec le New York Philharmonic, le Los Angeles Philharmonic, ainsi qu’avec les orchestres de Boston, Baltimore, Seattle et d’Italie et d’Allemagne. Au printemps 2010, M. Thompson a été membre du jury international du Concours de Prague.

M. Thompson a également encouragé activement la création de nouvelles compositions pour la trompette. En 1987, il a donné la première mondiale du Concerto pour trompette de Malcolm Forsyth, écrit spécialement pour lui et l’Orchestre symphonique de Montréal. Il a enregistré ce concerto avec l’Orchestre de Kitchener-Waterloo pour CBC Records en mai 1992. En 1990, il a donné la première québécoise du Concerto pour trompette de Jacques Hétu, et en mars 1992, il a donné la première mondiale du Concerto pour trompette de Glenn Buhr, également écrit pour lui et l’Orchestre symphonique de Montréal.

On peut entendre M. Thompson sur les enregistrements de London Decca avec l’Orchestre symphonique de Montréal et sur les publications de l’Atlanta Symphony de Telarc. Il a également enregistré sur le label Chandos, notamment le Concerto pour deux trompettes de Vivaldi et le célèbre Concerto n° 1 de Chostakovitch pour piano, trompette et le célèbre Concerto n° 1 de Chost.

Karl Stobbe

(Soliste), Violon

Karl Stobbe est reconnu comme l’un des violonistes les plus accomplis et polyvalents du Canada, apprécié pour son son généreux et riche, ainsi que pour ses phrasés longs et poignants. Que ce soit en tant que chef d’orchestre, premier violon, soliste ou musicien de chambre, il est très apprécié du public, que ce soit dans de petites salles ou dans de grands lieux de spectacle. L’enregistrement des Sonates pour violon solo de Ysaÿe par Karl, publié par Avie Records, a été nominé aux JUNO Awards et a attiré l’attention du monde entier, notamment le Sunday Times de Londres, qui a qualifié Karl de « maître soliste, rappelant l’âge d’or de l’interprétation du violon… produisant une gamme à couper le souffle de couleurs sonores ». Poursuivant son amour de longue date pour la musique pour violon solo, Karl a récemment créé une série de concerts en ligne présentant toutes les Sonates et Partitas pour violon seul de J.S. Bach. Il s’est produit dans les salles de concert les plus célèbres d’Amérique du Nord, dont la Carnegie Hall de New York et le Jordan Hall de Boston, et a partagé la scène avec certains des violonistes les plus importants et éclectiques de notre époque, tels que James Ehnes et Mark O’Connor.

Joel Quarrington

(LSO), contrebasse

Durant plus de trente ans, Joel Quarrington fut Contrebasse-solo de nombreux orchestres dont le Canadian Opera Company, l’Orchestre symphonique de Toronto, l’Orchestre du Centre national des Arts du Canada, ainsi que du célèbre London Symphony Orchestra.

Né à Toronto, Joel débuta ses études en contrebasse dès l’âge de treize ans. Au terme de celles-ci, il remporta la palme du Concours de Radio-Canada en plus du prestigieux Concours de Genève.

Professeur dévoué, Joel enseigne au Conservatoire de musique de Montréal, à l’Université McGill et est nommé « artiste invité » enseignant au Royal Academy of Music de Londres. En plus de ses activités de professeur invité dans de nombreuses écoles à travers le monde, Joel donne des classes de maître à chaque été à Orford Musique.

Joel Quarrington a enregistré de nombreux disques comme soliste, dont certains ont gagné des Prix Juno et Opus. Le International Society of Bassists lui a décerné les prix  spéciaux soulignant ses performances exceptionnelles en tant que soliste ainsi que de musicien d’orchestre.

Joel joue la contrebasse du maître italien Santo Paolo Maggini datant de 1666.