Mission

Pourquoi la francophonie?

Si la musique traverse les frontières, si elle est apolitique et possède sa propre terminologie et un jargon unique pour être comprise des spécialistes, rien, sinon l’ouïe, ne lui est essentiel pour faire son chemin jusqu’à ses auditeurs. Alors, pourquoi un orchestre de la francophonie?

Le français dans le monde

Avec 275 millions de locuteurs, le français est la cinquième langue parlée dans le monde. Elle est la deuxième langue la plus apprise et fait office de troisième langue d’affaires. Comme un héritage du passé, le français est aussi la langue officielle de la plupart des organisations internationales. Aujourd’hui encore, le français est donc bien vivant. La francophonie compte en son sein pas moins de 800 universités, plus de 150 maires de grandes métropoles et un réseau de télévision spécialisé (TV5 monde) retransmis aux quatre coins de la planète. Ce sont 63 États et gouvernements qui ont le français en partage ainsi qu’une charte de la francophonie.

Le mandat de l’OF

Tel un reflet direct de ses valeurs, l’Orchestre de la francophonie (OF) se veut, le temps d’une saison renouvelée chaque été depuis maintenant près de 20 ans, un lieu symbolique où la musique classique et la langue française se rencontrent. Créé à l’occasion des IVe Jeux de la Francophonie en 2001, tenus à Ottawa-Hull, certains diront de l’OF qu’il est un camp d’été musical, un mini-orchestre, une académie orchestrale ou un campus estival. Mais il s’agit avant tout d’un lieu de partage de connaissances, où la pédagogie et l’amour de la musique et de la langue française côtoient la philosophie des communautés francophones du monde entier du fait de sa mission : promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique; promouvoir la paix, la démocratie et les droits de la personne; appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche; et développer la coopération au service du développement durable et de la solidarité.

La mission de l’OF

L’OF prépare les jeunes musiciennes et musiciens diplômés d’établissements de renom à jouer un rôle de premier plan au sein d’orchestres de réputation nationale ou internationale.

Un apprentissage évolutif

Dans un souci permanent d’adéquation de la formation aux besoins et aux exigences de son temps et des orchestres du monde entier, l’OF a régulièrement adapté et élargi son champ pédagogique depuis ses débuts, en 2001. Ainsi, il est soucieux de respecter les besoins de ses étudiants en matière d’apprentissage au moment délicat de leur passage de la vie étudiante à leurs premiers pas dans un orchestre professionnel.

La vraie vie pour les musiciens

Le temps d’un été, aux bons soins de Jean-Philippe Tremblay, le directeur artistique, l’âme et l’initiateur de cette formation, les musiciens et musiciennes de l’OF, minutieusement sélectionnés après des auditions en ligne l’hiver précédent, expérimentent la « vraie vie » de musiciens professionnels d’orchestre. Telle une fenêtre sur la vie qui les attend, rien n’est oublié : les répétions ultrarapides pour s’approprier une partition, les concerts en salle, les concerts extérieurs, les enregistrements en studio, les déplacements rapprochés, les enregistrements télévisés, l’apprentissage de leur rôle de citoyen au-delà de la carrière professionnelle et bien plus encore. Les jeunes interprètes qui participent au stage pédagogique et orchestral de l’OF ont la chance d’accéder à un tremplin efficace et prestigieux vers une carrière orchestrale professionnelle, tout en vivant une expérience unique de la diversité culturelle en milieu francophone. C’est aussi l’occasion pour eux d’être en contact avec ce que Jean-Philippe Tremblay appelle avec enthousiasme « l’orchestre du futur ». Considérant les pouvoirs de la musique, le chef d’orchestre y voit un rôle social important, qui peut être développé encore davantage tel un outil efficace de cohésion sociale.

Trois objectifs au centre de la démarche de l’OF : apprendre, innover et partager

  • Apprendre, en dotant les meilleurs jeunes interprètes des outils – musicaux et extramusicaux – nécessaires à la réussite d’une carrière orchestrale professionnelle de haut niveau.
  • Innover, en réinventant le concert, notamment en osant adopter de nouvelles approches, en présentant des concerts selon des formules et dans des lieux inhabituels, et en juxtaposant des disciplines artistiques qui peuvent se nourrir l’une l’autre.
  • Partager, en stimulant l’engagement social et l’implication communautaire de l’OF et de ses musiciennes et musiciens, en créant des partenariats mutuellement bénéfiques, en réalisant et en diffusant des enregistrements de la plus haute qualité, et en encourageant le partage, l’ouverture et la tolérance.

Le directeur artistique, Jean-Philippe Tremblay

Jean-Philippe mène une impressionnante carrière internationale. Au cours des dernières saisons, il a notamment dirigé les orchestres symphoniques de Londres, Paris, Dresde, Rotterdam, Vienne et Prague, en plus de faire des débuts remarqués avec l’Orchestre philharmonique de la radio flamande et l’Orchestre National de France. En Amérique, il a été chef invité des orchestres symphoniques de Montréal, Québec, London, Winnipeg, Edmonton et du Centre national des Arts, de l’Orchestre Métropolitain de Montréal, du National Symphony Orchestra de Washington, du Philharmonic Orchestra of the Americas, du Youth Orchestra of the Americas et de l’orchestre de la Manhattan School of Music. Directeur musical et chef attitré de l’OF, qu’il a fondé en 2001 et qu’il a dirigé des centaines de fois au Canada et 14 fois en Chine, Jean-Philippe a étudié l’alto, la composition et la direction d’orchestre au Conservatoire de musique du Québec à Chicoutimi, à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, à l’école Pierre Monteux, au Tanglewood Music Center et à la Royal Academy of Music de Londres. Il a remporté de nombreux prix prestigieux, dont le Prix des musiciens au Concours international de direction d’orchestre Dimitri Mitropoulos (Grèce), le prix Rose-Roitman, le prix Joyce-Conger pour les arts de la scène et le prix hommage du Centre national des Arts. Ses enregistrements avec l’OF lui ont valu plusieurs récompenses et mentions, dont des recommandations de publications réputées comme Gramophone et Diapason.

La vision du chef

La passion de Jean-Philippe pour la musique n’est plus à démontrer puisque le chef d’orchestre trentenaire qui sillonne la planète pour diriger nombre d’orchestres est aussi l’idéateur de l’OF et l’âme de cette proposition pédagogique depuis son premier jour, en 2001. Il y a de cela près de 20 ans, soit quelques années à peine après qu’il eut terminé sa propre formation universitaire, le jeune musicien et chef d’orchestre a compris qu’entre le conservatoire et les bancs des différentes formations symphoniques, il y avait, pour chaque futur musicien, un savoir-être et un savoir-faire à acquérir, bien souvent à l’aveugle, afin de poursuivre sereinement une carrière dans le monde de la musique classique. Partant de cette prise de conscience, Jean-Philippe souhaitait partager ses connaissances et son expérience avec les meilleurs jeunes interprètes en les dotant des outils – musicaux et extramusicaux – nécessaires pour entreprendre une carrière professionnelle de haut niveau. Pour ce faire, Jean-Philippe n’a ménagé aucun effort depuis pour doter ses étudiants des meilleures ressources. Bien qu’il faille de solides connaissances pour devenir un excellent musicien classique, Jean-Philippe croit néanmoins qu’il est important de développer ses aptitudes en matière d’innovation. Que ce soit en osant adopter de nouvelles approches, ou en ayant recours à des lieux inhabituels ou à des formules qui juxtaposent plusieurs disciplines artistiques, le chef et directeur artistique souhaite initier ses élèves à l’orchestre du futur en leur proposant sans cesse de nouvelles avenues étonnantes.

Des valeurs riches

Si l’apprentissage et l’innovation sont au cours du plan pédagogique, la notion de partage n’est pas laissée pour contre non plus. En stimulant l’engagement social et l’implication communautaire de ses étudiants, Jean-Philippe Tremblay souhaite aussi transmettre des valeurs qui lui sont chères et qu’il conçoit comme étant essentielles à la vie de tous musiciens classiques : le partage, l’ouverture et la tolérance entre êtres humains.

La pédagogie

Un stage orchestral d’été en francophonie qui offre d’énormes avantages

Les musiciens et musiciennes de l’OF sont sélectionnés chaque année à la suite d’auditions. Ceux et celles qui sont retenus reçoivent gratuitement une formation exceptionnelle en plus de bénéficier d’une bourse et de voir une partie de leurs frais de voyage et de séjour payés. Des auditions simulées, des classes de traits et des répétitions en section ou en groupe avec des professionnels aguerris leur sont proposées. En outre, l’OF leur offre des ateliers de musique contemporaine, des cours de français, des séances de prévention des blessures professionnelles et diverses formations en gestion de carrière et en psychologie du métier. Les élèves ont un horaire certes chargé, mais hautement profitable, en compagnie de professeurs et de maîtres dont la réputation n’est plus à faire.

L’OF : à l’école de la vie… d’orchestre!

Chaque année, l’OF offre à ses musiciennes et musiciens la chance de participer à des séances de travail avec plusieurs compositeurs, solistes et chefs d’orchestre de renom. Il leur apprend les bienfaits d’une préparation musicale efficace et rapide, pour bien les préparer à la réalité quotidienne des grands ensembles professionnels. En effet, contrairement aux orchestres des établissements d’enseignement musical, qui peuvent accorder plusieurs jours pour la préparation d’un concert, l’OF n’accorde que quelques jours, comme c’est souvent le cas des orchestres professionnels. Rien n’est épargné pour plonger ces jeunes virtuoses dans une expérience en tous points réaliste. L’OF, c’est en somme l’apprentissage de la vie d’orchestre en huit semaines par des jeunes de 18 à 30 ans qui veulent avoir les bons outils.

L’OF : un parcours éclaté

À ce jour, en près de 20 ans, l’OF a contribué à la formation de 1 300 musiciennes et musiciens professionnels en devenir, a donné plus de 300 concerts au Canada et plus d’une quinzaine en Asie, a joué plus de 150 compositeurs, toutes époques confondues, commandé plus de 40 œuvres à de jeunes créateurs et enregistré près de 10 albums. Que ce soit au Canada, aux États-Unis, au Danemark, au Brésil, au Japon, en Norvège, en France, au Portugal ou en Angleterre, les anciens élèves de l’OF ont trouvé leur place au sein des plus grands orchestres du monde; une grande fierté pour son créateur!